Le Jardin des Traiteurs

La Maison acadienne, un chalet acadien qui date de 1850 et qui a servi d’école sur la Plantation des Mouton, est toujours utilisée pour des buts éducatifs. Ce joli chalet a été redédié l’année passée comme La Maison du Traiteur parce qu’il est maintenant entouré par le Jardin des Traiteurs, parrainé par le  Lafayette Parish Master Gardeners Association (LPMGA). Dans le Jardin des Traiteurs, les visiteurs peuvent voir, sentir et toucher une collection de plantes utilisées pour leurs propriétés médicinales pendant 250 ans ou plus par des Cadiens, Créoles, Afro-américains et Amérindiens dans cette région du sud de la Louisiane connue sous le nom Acadiana. L’Acadiana est une région riche en héritage français. Les Français ont été les premiers à coloniser la Nouvelle-Orléans et se sont répandus dans la région. Ensuite, les Acadiens francophones de la Nouvelle-Écosse (1760) sont arrivées dans la région, et elle a continué à recevoir des infusions de francophones à plusieurs moments de son histoire. Le français et/ou le créole sont toujours parlés aujourd’hui dans des communautés cadiennes, créoles, amérindiennes et d’autres. Le projet du Jardin des Traiteurs reflète cette influence en incluant des noms des plantes en français, en anglais (nom commun) et en latin (nom scientifique).

L’histoire du Jardin des Traiteurs commence en août 2010 lorsque le Dr C. Ray Brassieur, professeur adjoint d’anthropologie et de sociologie à l’Université de Louisiane à Lafayette (ULL) a parlé avec le président du Vermilionville Living History Museum Foundation, Inc. et avec les membres du LPMGA de sa vision de construire un jardin médicinal. Les membres ont vu sa vision, les bénévoles ont formé un comité (le Healers’ Garden Committee - le HGC) et ils ont profité de son aide pour travailler avec les étudiants de ULL pour apprendre comment effectuer la recherche et comment valider l’utilisation historique de ces plantes. À travers d’une thèse de maîtrise présentée en 1933 par Charles Joseph Bienvenu à la faculté du Louisiana State University, les membres du comité du Jardin des Traiteurs ont recueilli et consolidé des informations qu’étaient toutes éparpillées sur l’utilisation de plantes curatives au début de la Louisiane. Cette information a été enfin compilée dans le Guide du Jardin des Traiteurs, qui est devenu le document de base pour la sélection des plantes dans le jardin. Pour voir le guide complet du Jardin des Traiteurs, cliquez ici.

Les membres du HGC ont créé un lieu où les résidents locaux, les écoliers, les chercheurs et même les touristes peuvent se connecter avec cette histoire culturelle et ces ressources naturelles locales. La mise en place du jardin a été conçue par le botaniste et paysagiste local Bill Fontenot. Interprété comme un jardin adapté aux années 1850, avec des plantes indigènes ou importées avant 1900, La Maison du Traiteur représente un période de temps en Acadiana où les médecins étaient rares et les pharmacies étaient inexistantes, mais les traiteurs étaient partout. Traditionnellement, les traiteurs utilisaient une combinaison de remèdes des plantes indigènes et des prières dans leurs pratiques de guérison.

A l’intérieur de la barrière en avant on trouve des plantes qui sont généralement connues. Il y a  toute une variété de menthes parfumées, incluant la menthe verte [Mentha spicata] utilsée pour des fièvres, de la digestion et des mals de tête; la menthe poivrée [Diospyros virginiana] pour des mals de dents, rhumes, grippes; et la baume [Monarda punctata] pour des rhumes, fièvres, et de la colique. En se promenant, on aperçoit du sureau [Sambucus canadensis] pour des toux, maux de gorge, et des problèmes respiratoires; du poc poc [Physalis sp.] pour des brûlures et des mals de ventre; et de la citronnelle [Melissa officinalis] pour des fièvres, des maux de tête et des rhumes. Les plantes moins communes sont l’herbe à malo [Saururus cernuus] pour la colique et les dents qui poussent; l’herbe à vers [Chenopodium ambrosioides] pour les vers; et le manglier [Baccharis halimifolia], qui fait un thé peu aimé mais réputé pour guérir presque tout.

Le premier président du HGC était Jan B. Wyatt, une jardinière maîtresse avec 25 ans d’expérience comme une professionnelle au musée et dans l’éducation. Son expérience était parfait pour convenir aux standards requis de Vermilionville en tant que musée et aussi aux Louisiana Common Core State Standards de l’éducation. Sous la direction de Wyatt, le HGC a été formé avec les bénédictions du Conseil exécutif. Pas longtemps après, ils se sont engagés à construire un jardin et à rejoindre la communauté pour trouver des partenaires pour aider (parmi d’autres, ULL a aidé avec la recherche nécessaire sur la base culturelle, et le LSU AgCenter a fourni l’information précise des plantes). Les membres du HGC ont aussi profité de l’aide de la Louisiana Native Plant Society, du National Wetlands Center de l’USGS, du Center for Ecology and Environmental Technology, de AmeriCorps, du Lafayette Parish Sheriff’s Department, du Lafayette Convention and Visitors Commission, en plus de nombreuses personnes en partenariat avec les jardiniers maîtres et Vermilionville pour faire du jardin de guérisseurs une réalité qui perpétue. Le conseil d’administration du LPMGA continue à soutenir le Jardin des Traiteurs, qui sert comme un jardin de démonstration pour l’organisation.

C’est pas seulement les historiens qui s’intéressent à ces plantes; aujourd’hui, vingt-cinq plantes dans le Jardin des Traiteurs montrent promesse d’avoir de propriétés réellement médicinales. Ces plantes sont actuellement étudiées dans le cadre d’un projet entre ULL, USGS, le National Wetlands Centre, le Pennington Biomedical Research Center (LA) et Rutgers University (NJ), dirigé par le Dr Wm. Cefalu de Pennington. L’une de ces plantes a déjà montré la preuve d’avoir de véritables propriétés hypoglycémiques qui peuvent conduire à un médicament viable pour traiter le diabète. Comme le dit le Dr Brassieur: “Ce qui a été perdu, c’est pas les plantes, mais la connaissance de leur usage.”

Le but de ce jardin est d’informer et d’éduquer. L’information est partagée non seulement avec les visiteurs du Jardin des Traiteurs, mais aussi dans les présentations des membres du Bureau des conférenciers du LPMGA et dans la recherche scientifique qui teste les propriétés curatives des plantes. Le comité du Jardin des Traiteurs a élargi et a développé des activités autour du jardin en s’associant avec Vermilionville et le département d’éducation de ULL pour aider à éduquer nos jeunes. Aux différents moments de l’année, les membres du comité donnent des visites aux élèves de troisième et de huitième année, en reliant leurs expériences en classe à leur histoire et au monde tangible. Les membres du comité participent également aux tournées des différentes Journées de la culture et des Camps d’été à Vermilionville. Les co-présidents actuels de la HGC, Mary Perrin et MaryAnn Armbruster, poursuivent l’ouvrage d’avant et continuent à le développer. Elles ont récemment reçu une subvention de la Fondation Vermilionville pour lancer une série de conférences trimestrielles, “Healing Traditions in Acadiana.”

La vision de Dr. Brassieur était de concevoir un jardin des traiteurs historiquement précis inspiré par la thèse de maîtrise de LSU de 1933 de Charles Joseph Bienvenu. Il a transféré cette vision aux membres du LPMGA qui, avec l’aide de la Fondation et des partenariats dans la communauté, ont manifesté cette vision.